Cinéma

Le léopard a bonne mine

Au terme du 66e Festival international du film de Locarno, désormais dirigé par Carlo Chatrian, bilan subjectif entre belles surprises et petites déceptions.
Le léopard a bonne mine
La Piazza Grande de Locarno et ses 8000 places en plein air DR
Locarno Festival

Ce soir se termine la première édition sous la houlette de l’Italien Carlo Chatrian et la 66e d’un festival façonné par ses directeurs successifs. Au fil du temps, Locarno s’est déployé dans des directions diverses, brouillant parfois les contours d’une identité plurielle. La manifestation, longtemps placée sous le signe de la découverte, célèbre désormais autant la diversité. Au lieu de faire sa révolution (qui viendra peut-être en 2014), le nouveau

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion