Médias

Les documents de l’affaire Bettencourt

Le devoir d’informer Depuis le lundi 22 juillet, nos confrères de Mediapart n’ont plus le droit de mentionner les enregistrements «audio» qui ont permis de faire éclater le scandale Bettencourt. Cet ukase de la Cour de justice de Versailles – que Mediapart va tenter de faire annuler – constitue un acte de censure grave. En étendant de façon inconsidérée la notion de vie privée, la justice française met en péril le travail d’enquête et, dans le cas présent, l’un des organes français qui le sert avec le plus d’indépendance. En réaction à cette censure, «Le Courrier» s’était associé il y a dix jours à l’appel de Mediapart en faveur du droit de savoir. Désormais que la censure est entrée en force, nous mettons notre site à disposition afin de maintenir ce contenu d’intérêt général dans la sphère publique. Benito Perez  

Les amitiés politiques de De Maistre Durant toute la procédure opposant Liliane Bettencourt à sa fille, Patrice de Maistre se targue d'avoir un accès privilégié à l'Élysée. 12 juin 2009. Dans le bureau de Liliane Bettencourt (86 ans), à Neuilly, sont réunis autour d'elle l'avocat fiscaliste Fabrice Goguel et le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre. Fabrice Goguel revient du bureau du procureur Courroye qui tire, à Nanterre, les fils d'une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion