Genève

Les syndicats arabes et la révolution inachevée

Brève

RENCONTRE • Acteur méconnu du Printemps arabe, le mouvement syndical a pourtant cristallisé le mécontentement social des Egyptiens et des Tunisiens sans lequel les régimes de Moubarak et Ben Ali seraient encore sur pied. Pourtant, plus de deux ans après la chute des dictateurs nord-africains, la révolution sociale reste à faire. A l’initiative d’Unia et de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation (UITA), des militants égyptiens et tunisiens actifs au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion