Solidarité

Le feu couve toujours au Togo de Gnassingbé

REPORTAGE • Trente-trois membres de l’opposition sont sous les verrous, deux dirigeants sont en liberté provisoire. On leur impute deux incendies criminels qui ont détruit les marchés de Lomé, la capitale, et de Kara. Une aubaine pour le régime de la famille Gnassingbé, qui se perpétue au pouvoir depuis quarante-cinq ans.

«Vous savez, le Togo est un petit pays assez spécial. On ne conçoit pas que ce qui se fait ailleurs puisse se faire ici.» Depuis le canapé de son salon à Lomé, Isabelle Manavi Amangevi, vice-présidente de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), tente de dépeindre la singularité de la politique au Togo: «Au Sénégal, le président Abdoulaye Wade a voulu copier le modèle togolais en se faisant succéder par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion