Vaud

Une demande de réhabilitation des ex-internés administratifs

MEMOIRE • Un postulat au Grand Conseil propose de faire la lumière sur la politique menée entre 1939 et 1971. Eclairage d’un jeune historien.  

Le 10 septembre 2010, Eveline Widmer-Schlumpf présentait les excuses de la Suisse aux victimes de l’internement administratif. Une «réparation morale» pour les milliers de personnes qui avaient été arbitrairement emprisonnées en l’absence de toute condamnation pénale. Pratiqués jusqu’en 1981, ces placements en détention visaient les individus jugés «paresseux», «déviants» ou de «mauvaises mœurs»: marginaux, sans-emploi, mais aussi adolescents fugueurs, filles-mères ou prostituées. Aujourd’hui, la reconnaissance des victimes se poursuit. En

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion