Genève

«L’OSEO n’aurait pas besoin d’exister dans un monde idéal»

SOCIAL • L’Œuvre suisse d’entraide ouvrière fête ses dix ans à Genève. Face à la crise, son rôle de réinsertion est plus que jamais d’actualité.Cet article a été féminisé dans le cadre de notre journal du 8 mars. Voir l'édito du jour pour plus d'info: https://www.lecourrier.ch/106669/les_mots_pour_la_dire
«Insérer les personnes fragilisées OSEO

Il y a dix ans naissait la section genevoise de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO), créée soixante-cinq ans plus tôt au niveau national par les syndicats et le Parti socialiste. Une décennie plus tard, l’organisation est devenue l’une des principales actrices du canton en matière d’insertion socioculturelle, sociale et professionnelle. Partie avec 60 000 francs en 2003, l’OSEO-Genève dispose aujourd’hui d’un budget de 10 millions de francs – en grande partie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion