Livres

Noir comme l’encre

LIVRES «La mélancolie est née le jour où l’homme a compris sa finitude», dit Jean Starobinski. Entretien avec le grand critique genevois, qui signe «L’Encre de la mélancolie» et deux essais sur Rousseau et Diderot.
Photo. Jean Starobinski: «L’euphorie permanente DR

Au commencement de la littérature était la mélancolie, puisque Bellérophon traverse le chant VI de l’Illiade comme une âme en peine: «Objet de haine pour les dieux, il errait seul dans la plaine d’Alcion, le cœur dévoré de chagrin, évitant les traces des hommes», écrit Homère. Et le chagrin antique de Bellérophon renvoie à la fin du XIXe siècle et à ces vers de Verlaine: «C’est bien la pire peine/De

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion