Solidarité

Les malades imaginaires de l’uranium

NIGER • Seuls deux cas de maladie liée à la radioactivité ont été reconnus dans les mines d’uranium gérées par Areva. De quoi sont alors morts tant de ses anciens travailleurs? Reportage.  
Comme de nombreux collègues Emmanuel Haddad

Un local étroit sur un chemin de latérite. A l’intérieur, un bureau, des chaises en plastique et un cintre pour tout mobilier. Le bureau de l’Association des anciens travailleurs des mines et leur famille (Atsmf-Rakkiye) est aussi pauvre que ses membres. Boureima s’y rend à pied, faute de pouvoir se payer la course de taxi. «J’ai travaillé vingt et un ans à la Cominak en tant qu’échantillonneur. Voilà neuf ans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion