Solidarité

Le Chili exhume la caserne Simon Bolivar, centre d’extermination inconnu

DICTATURE • Le témoignage d’un ancien majordome du chef de la police secrète a permis de révéler l’un des secrets les mieux gardés du régime Pinochet, celui de la caserne Simon Bolivar.

«Je vous attendais depuis longtemps» répondit-il à Claudio Perez, membre de la brigade des Droits de l’homme de la police d’investigation. Arrêté le 19 janvier 2007 près du lac Vichuquen, au sud de Santiago, Jorgelino Vergara travaillait comme jardinier dans une propriété aux allures d’hacienda du XIXe siècle. Le soir même de son arrestation, il se confie aux policiers et rompt ainsi le pacte du silence conclu trente ans plus tôt

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion