Jura

Le syndicalisme par-delà les frontières prend forme

«Face à la xénophobie rampante et à la stratégie du patronat visant à mettre les travailleurs en concurrence pour niveler les conditions de travail par le bas, l’action collective et solidaire est la meilleure solution pour renforcer la cohésion sociale transfrontalière.» C’est l’avis de Michel Charrat, président du Groupement transfrontalier européen (GTE), association qui, depuis sa création en 1963 dans le bassin genevois, l’un des principaux réservoirs de frontaliers, entretient

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion