Édito

Ethique sur l’étiquette

C’est peu dire que la décision de Migros d’estampiller comme tels ses produits en provenance des Territoires palestiniens occupés provoque des remous. Ce week-end, c’était au tour d’une organisation européenne de prendre le relais des pro-israéliens suisses pour critiquer vertement le géant orange. Après tant d’autres, Migros découvre ce qu’il en coûte d’appeler un chat israélien un chat. «Mesure déguisée de boycott», langage «malveillant et stigmatisant», traitement inégal vis-à-vis des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion