Actualité

Marinaleda, l’utopie plus vraie que nature

AUTOGESTION • Dans un petit village andalou, les travailleurs gèrent eux-mêmes la production agricole et sa transformation. Rencontre avec deux représentants de la commune.
Depuis une dizaine d’années LDD

Il était une fois un village espagnol qui avait aboli le capitalisme. Ce n’est ni un conte de fée ni une fable utopique, mais l’histoire d’un bourg d’Andalousie, Marinaleda, qui s’est débarrassé de ses propriétaires terriens et de ses patrons. Tout en renforçant la démocratie par un système d’assemblée, organe désigné pour gérer la production et la vie politique de la municipalité. Récemment, deux représentants de la commune, Juan Manuel

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion