Actualité

La nationalisation d’un groupe pétrolier crée une vive tension

  La tension persiste entre Buenos Aires et Madrid. Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, l’ambassadeur argentin a été convoqué au Ministère des affaires étrangères. Pendant ce temps, en visite au Mexique, le chef du Gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a affirmé que l’expropriation d’YPF «rompt la bonne entente» entre Espagne et Argentine. En cause, la récente confirmation par l’Etat argentin, après plusieurs jours d’incertitude, de son projet de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion