À côté de la plaque

Le peuple a raison

Brève

Calculant en direct sur la TSR le nombre de biffages dont il a fait l’objet pour relativiser la portée de son mauvais score, Daniel Brélaz a tout de même reconnu que les électeurs avaient sanctionné son double mandat. D’une humilité soudain touchante, le roi déchu a même eu ces mots: «Le peuple a toujours raison.» Ce qui ne l’empêche pas d’être con (1): car Daniel Brélaz a parfaitement assumé son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion