À côté de la plaque

Crucifix crucifié

Brève

La Cour européenne des droits de l’homme a infirmé un premier jugement dans lequel elle demandait à l’Italie de décrocher les crucifix dans ses salles de classe. De quoi faire hurler l’Eglise de joie. Pourtant, l’argument est à double tranchant. Ce symbole «ne suffit pas en soi pour caractériser une démarche d'endoctrinement», car il est «essentiellement passif», selon les juges. En gros, pas besoin de se prémunir contre un symbole

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion