Actualité

Timisoara, un emballement médiatique

ROUMANIE – Il y a vingt ans, la découverte des «charniers» de Timisoara précipitait la chute de Ceausescu. Les journalistes ont évoqué quatre mille, voire soixante mille, morts, alors qu’il y en avait une centaine.

Décembre 1989: la semaine avant Noël le monde assistait, abasourdi, à la première révolution en direct de l’histoire de la télévision. Depuis la chute du mur de Berlin, un mois plus tôt, les régimes communistes d’Europe de l’Est s’effondraient les uns après les autres comme des châteaux de cartes. Pacifiquement. Seul Nicolae Ceausescu, le dictateur roumain, résistait encore. Mais il était écrit que la fin du «Dracula des Carpates» se

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion