Solidarité

«Les privatisations ont rendu l’économie chilienne plus vulnérable»

ENTRETIEN – Selon Orlando Caputo, économiste et membre du Conseil latino-américain de Sciences sociales, l’ouverture de l’économie et les Traités de libre commerce ont accéléré l’impact de la crise au Chili.

Souvent présentée comme la gauche «responsable» en Amérique latine, en opposition aux processus de transformations sociales menés dans d’autres pays, la Concertation au pouvoir au Chili depuis la fin de la dictature s’est dans les grandes lignes contentée de poursuivre les politiques de privatisation menées par la junte militaire. Selon l’économiste Orlando Caputo, l’ouverture économique et les Traités de libre commerce (TLC) ont rendu le pays plus vulnérable face à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion