Musique

Le blues est plus frais chez les Hell’s Kitchen

Le trio n’en finit pas de «déclaptoniser» le blues. Rencontre avant une série de dates en terres romande et française.
Le blues est plus frais chez Hell's Kitchen
Disque

Est-ce la qualité du whisky? Le taux d’humidité? L’électricité dans l’air? Difficile à imaginer sous la grisaille calviniste. Pourtant les faits sont là: Genève tient avec Hell’s Kitchen un trio de bluesmen à l’énergie et au feeling diaboliques. Et on ne parle pas là de guitaristes rutilants aux soli interminables façon Robert Cray ou Poppa Chubby. On songe bien à ceux qui, comme jadis Howlin’ Wolf et Muddy Waters, taquinaient

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion