Cinéma

«United Red Army», autocritique de l’autocritique

CINÉMA – Koji Wakamatsu revient sur une page sombre et méconnue de l’histoire japonaise dans un film radical à voir à Genève ce week-end et en décembre à Lausanne.

La relation qu’entretient l’Europe avec Koji Wakamatsu tient de l’attraction-répulsion. Si depuis la fin des années 1960 une poignée de ses films a bénéficié d’une diffusion dans les festivals, ils ont rarement eu les grâces d’une quelconque sortie nationale. Ou alors dans une poignée de salles X parisiennes au milieu des années 1970. Ses pellicules ont été acclamées en festivals pour leur côté sulfureux, politique, érotique, outrageux et indépendant, et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion