Économie

Le Nobel d’économie: un bol d’air frais!

C’est un vent frais et régénérateur qu’apporte l’attribution du prix Nobel d’économie1 2009, distinguant deux personnes en marge des théories dominantes néoclassiques. Les grincheux taxeront le jury de Stockholm d’opportunisme pour avoir successivement élu, après la crise avérée du néolibéralisme en septembre 2008, un néo-keynésien (Krugman) et un institutionnaliste (Williamson). La vraie bonne surprise concerne la nomination d’Elinor Ostrom, pas tant parce qu’elle est une femme que parce qu’elle est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion