Solidarité

Le projet autogestionnaire reprend vie au fil des nationalisations d’Hugo Chávez

ECONOMIE – Acier, ciment, électricité, banque: les nationalisations se multiplient au Venezuela. Les travailleurs, eux, en attendent davantage que l’amélioration de leurs conditions de travail, ils veulent avoir leur mot à dire.

En mai dernier l’Etat vénézuélien officialisait le rachat de la principale aciérie du pays, Sidérurgie de l’Orénoque (SIDOR), pour 1,97 milliard de dollars (2,13 milliards de francs). Quelques jours plus tard, lors d’une rencontre avec les travailleurs de la région de Guayana (dans l’est du pays), le président Hugo Chávez annonçait la nationalisation de quatre entreprises du secteur briquetier (produisant des briquettes de minerai de fer, lire ci-dessous). Ces mesures

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion