Lecteurs

IL MANQUE DES ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION ÉTHIQUE

ENTRAIDE Pierre Strauss réagit à l’article du 13 juin de Tania Buri (Protestinfo), intitulé «Nestlé et l’EPER ne font pas bon ménage».

L’article sus-mentionné appelle plusieurs précisions, dont la plus importante concerne le prédécesseur de Monsieur Ruey à la présidence de l’EPER (Entraide protestante). Cette dernière affirme depuis le début des débats au sujet de la nomination controversée du directeur de Nestlé Suisse à son Conseil de fondation que, précédemment, un haut cadre de Novartis faisait partie de ce Conseil de fondation. Jusqu’à ce jour, l’EPER n’a pas tenu compte, ni dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion