Suisse

Pas qu’une affaire de gauchistes

Pour Julien Reinhard, l’élection de Roland Decorvet traduit un malaise au sein des Eglises protestantes: alors que Nestlé représenterait le visage non viable de la mondialisation, «la FEPS peine à prendre position face aux intérêts économiques de la Suisse. Ce n’est pas nouveau, à l’époque de l’apartheid, les Eglises étaient déjà divisées entre courants engagés et conservateurs.» Michel Egger, coordinateur à Alliance Sud, explique que les oeuvres ont toujours cherché

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion