Cinéma

Carole Roussopoulos: «Etre féministe, c’est refuser de servir de paillasson»

Depuis quarante ans, la Valaisanne Carole Roussopoulos met en images «la parole des sans-voix». Rencontre à l’heure de commémorer Mai 68.
Carole Roussopoulos: «Etre féministe, c'est refuser de servir de paillasson»
Archives Carole Roussopoulos
Documentaire

Sous les pavés, les femmes. Celles du MLF, bien sûr, le célèbre Mouvement de libération des femmes grâce auquel la cause a progressé de manière fulgurante. Avec sa petite caméra vidéo portable, Carole Roussopoulos a capté leurs manifs, leurs assemblées et leurs actions. Entre deux hommages à la Comédie de Genève (l’un en mars dernier, l’autre en mai), elle est de passage au Festival Visions du réel pour quelques «séances

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion