Solidarité

«Les Etats-Unis n’ont pas renoncé à renverser Chávez»

VENEZUELA – A trois semaines du scrutin, les sondages donnent Hugo Chávez aisément réélu à la présidence. Eva Golinger, elle, se méfie. L’avocate étasunienne, qui révéla l’implication de Washington dans le putsch de 2002, craint un nouveau coup fourré de son gouvernement.

Fuyant la dictature du général vénézuélien Juan Vicente Gómez, sa famille trouva refuge aux Etats-Unis dans les années 1930. Ironie de l’histoire, Eva Golinger Calderón est aujourd’hui contrainte de faire le chemin inverse. Depuis qu’elle s’est mise en tête d’enquêter sur la politique étasunienne à l’égard d’Hugo Chávez, la jeune avocate s’estime «en danger». Son forfait? Avoir révélé les liens intimes qui unissent les opposants vénézuéliens ayant mené le putsch

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion