Arts plastiques

Viens chez moi, j’habite en utopie

ARCHITECTURE – Depuis l'«Utopie» de Thomas More, la quête du bonheur est impensable sans projet architectural. Les urbanistes ont-ils toujours joué leur rôle? Qu'en est-il à l'heure du développement durable? Survol historique et entretien avec Adriana Rabinovich, architecte et chercheuse au Laboratoire de sociologie urbaine de l'EPFL.
Une vision typique de la ville utopique: ciel bleu DR

«Une carte du monde qui n'inclut pas l'Utopie ne mérite même pas le coup d'oeil.» La phrase est de Lewis Mumford, urbaniste, historien et philosophe étasunien (1895-1990). Citée par Ruth Eaton dans son ouvrage passionnant consacré aux villes idéales1«Cités idéales. L'utopisme et l'environnement (non) bâti», Fonds Mercator, Anvers, 2001, 256 pp., elle nous rappelle avec panache combien les mondes imaginaires ont compté dans l'histoire humaine. L'utopie n'a pas seulement agité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion