Sélection

Ces vagins qui nous parlent: éloge de la sexualité féminine

A l’Usine à gaz de Nyon Jo Boegli délie les vagins et dresse un portrait drolatique de la sexualité féminine.
Théâtre

Parce que les haut-parleurs diffusent une chanson grivoise qui rappelle: «Que c’est bon d’être demoiselle» on rit très vite gêné ou complice de cette voix désuète qui se fait «gauler la mignardise sabrer la sucette ou nourrir le hérisson». La comédienne Jo Boegli déboule sur scène. Tout près du public elle avoue s’inquiéter «pour le vagin». Se succèderont les témoignages et revendications des Monologues du vagin de l’Américaine Eve Ensler.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion